Travail sur Victor Hugo.

Travail sur Victor Hugo.Au nom de la rose.Biographie des amours de Victor Hugo :Victor Hugo eu des amours mouvementés.En 1821, il épouse son amie d’enfance Adèle Fourché avec qui il aura 4enfants.Il eu plusieurs maîtresse dont une comédienne Juliette Drouet.Il est même surpris en plein adultère avec une autre femme.Lors de son exile à Bruxelles il vivra principalement avec sa maîtresse Juliette Drouet.Les romantiques :Les romantiques se référaient au Moyen – Age et à leurs propres siècle (19eme) Les romantiques estimes que l’art peut montrer ce qu’il y a de plus beaux comme ce qu’il y a de plus hideux. Ils revendiquaient également le droit de parler d’eux même dans leurs œuvres et accordent de l’importance à la sensibilité. Les romantiques étaient des êtres passionnés.Victor Hugo était un romantique car il vécu vers le 19ème siècle de plus ils dévoilent ces sentiments dans ce poème.Poème choisi : « Vieille chanson du jeune temps ».Champs lexicaux : L’amour, la nature, le corps de la femme.Analyse : Les neuf strophes sont des quatrains qui comportent chacune des rimes croisées. Vieille chanson du jeune tempsA Je ne songeais pas à Rose ;  rime féminineB Rose au bois vint avec moi ;
A Nous parlions de quelque chose,
B Mais je ne sais plus de quoi.
A J'étais froid comme les marbres ;
B Je marchais à pas distraits ;
A Je parlais des fleurs, des arbres
B Son oeil semblait dire: " Après ? "
A La rosée offrait ses perles,
B Le taillis ses parasols ;
A J'allais ; j'écoutais les merles,
B Et Rose les rossignols.
A Moi, seize ans, et l'air morose ;
B Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
A Les rossignols chantaient Rose
B Et les merles me sifflaient.
A Rose, droite sur ses hanches,
B Leva son beau bras tremblant
A Pour prendre une mûre aux branches
B Je ne vis pas son bras blanc.
A Une eau courait, fraîche et creuse,
B Sur les mousses de velours ;
A Et la nature amoureuse
B Dormait dans les grands bois sourds.
A Rose défit sa chaussure,
B Et mit, d'un air ingénu,
A Son petit pied dans l'eau pure
B Je ne vis pas son pied nu.
A Je ne savais que lui dire ;
B Je la suivais dans le bois,
A La voyant parfois sourire
B Et soupirer quelquefois.
A Je ne vis qu'elle était belle
B Qu'en sortant des grands bois sourds.
A " Soit ; n'y pensons plus ! " dit-elle.
B Depuis, j'y pense toujours.
A B A B > rimes croiséesDans la strophe 2 :J'étais froid comme les marbresComparaison (outil de comparaison : comme).Son oeil semblait dire: " Après ?Personnification Dans la strophe 4Les rossignols chantaient RosePersonnificationDans la strophe 6 :Une eau courait, fraîche et creuse,Personnification Sur les mousses de velours. Métaphore Et la nature amoureuse Personnification.Dormait dans les grands bois sourds.2 personnifications (nature >dormait) Dans la strophe9Qu'en sortant des grands bois sourds Personnification.  

5 votes. Moyenne 3.20 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site